War On Women – Capture The Flag

a1794498938_16

Capture The Flag est le deuxième album du groupe de Baltimore. Il est sorti en 2018 chez Bridge Nine et contient 12 titres.

Le groupe à tendance anarcho-punk nihiliste a pas mal de choses à dire. Tout ceux qui défendent le monde patriarcal et l’Amérique de Trump en prennent pour leur grade. Le quatuor est bien énervé et balance un punk-hardcore pas piqué des vers. Ça tabasse sec ! Ce disque est à ranger entre l’activisme d’un Rage Against The Machine, le riott girl d’un Bikini Kill et le punk/hardcore d’un Adolescents.

Cette deuxième plaque complète de War On Women est une vraie réussite !

 

Publicités

Hitch & Go – This time for good

a1937619609_16

This Time For Good est le premier album du quatuor de Québec. Il est sorti en 2017 (et sort en version vinyle en 2019) et fait suite à un premier ep datant de 2015. Il est sorti via le label People of Punk Rock. On y retrouve 9 titres pop-punk.

Le disque est ultra bien foutu et s’écoute d’une traite avec plaisir … à peine fini, on appuie à nouveau sur Play pour s’en remettre une couche dans les tympans. H&G nous sort un condensé parfois de Pop-punk (avec un titre, When I’m Gone, en version acoustique pour conclure l’album). Je trouve qu’on est à mi-chemin entre du pop punk à l’ancienne genre Blink 182, Zebrahead et des trucs plus indie/punk actuel comme The Smith Street Band.

Un groupe à conseiller à tous les amateurs du genre. Vivement l’album suivant !

New Junk City – Same places

51281576_2140807299308777_6495745342045159424_n

New Junk City est un groupe d’Atlanta en Géorgie. Same Places est sorti en 2018 et est le premier disque du groupe (après 3 eps depuis 2014). On y retrouve 9 titres et il est sorti via Real Ghost Rcds, Secret Pennies Rcds et Night Animals Rcds.

Ce groupe est méconnu en Europe (et d’ailleurs pas très connu sur ses terres américaines); il mérite cependant bien mieux. Ce « Same Places » n’a parfois rien à envier aux groupes phares de la musique punk/folk dont fait partie New Junk City. On navigue entre du Gasligth Anthem et du Menzingers, sans le côté parfois pompeux des groupes précités. Il y a un côté beaucoup plus punk, roots dans leur musique. On retrouve une énergie bien punk dans leurs compositions.

New Junk City est une très belle découverte et cette plaque du groupe, une très belle réussite !

Tunic – Complexion

a3262997086_10

Complexion est le premier album des Canadiens de Tunic. Il contient 11 titres et est sorti via MFM en 2019. Le groupe avait déjà un split et quelques eps à son actif.

Le trio nous balance 11 titres très courts et ultra violents et rapides. D’ailleurs le vinyl est à écouter en 45 tours. Le tout est un déluge sonique sans aucune concession. Je laisse le soin à Perte & Fracas pour la suite du descriptif !

La première écoute passe comme un éclair, en apnée. Il faut remettre plusieurs fois l’ouvrage sur la platine pour que l’incendie commence à se propager, pour que ses flammèches viennent lécher l’arrière-train qui a pourtant l’habitude de se faire réchauffer au doux bruit du punk-noise sauvage et en apprécier tous les menus détails qui alimentent le brasier. La comparaison avec Metz tient toujours mais Tunic en offre une présentation encore plus rêche, écorchée, punk, allant férocement à l’essentiel, le riff minimal mais en mode lance-flamme, une rythmique fracassante qui enfonce tout ce qui bouge et même ce qui ne bouge pas et un chant au papier émeri qui n’arrête pas de montrer sa colère. Pas de développement donc, de refrains aguicheurs, encore moins de facilités mais des riffs trépidants qui révèlent toute leur phosphorescence au fil des écoutes. Il faut juste être aux aguets, mettre le doigt dans le bon engrenage tout de suite et là, c’est le bonheur, vous êtes happés par cette machine qui délivre son chapelet de bombes ultra abrasives et frontales.
Arriver à vous emballer en une minute et deux secondes sur Getting Sick puis vous jeter comme un malpropre avant la conclusion, enchaîner l’opération de multiples fois et vous faire avoir à chaque fois comme un vulgaire cœur d’artichaut, ce n’est pas donné à tout le monde. Tunic le fait sur chaque titre, sauf sur Sand et Paper qui font office d’interludes pas nécessaires (ou alors c’était leur seule concession à ce qu’on appelle une respiration musicale), y compris quand le saxophone est de sortie sur Pores avec l’invité Eric Roberts ou sur Frontal Lobe pendant lequel on croirait entendre deux batteries.
C’est presque frustrant de ne pas pouvoir en entendre plus, de voir ces morceaux s’éteindre aussi rapidement car ils possèdent en eux des germes autrement plus incendiaires à l’instar de Empty Handed ou Dry Heave qui, du haut de leurs trois petites minutes, donnent une dimension encore plus intense et captivante à Tunic. Mais c’est aussi tout le sel de Complexion, l’insoutenable urgence d’un disque dont le seul remède est de l’écouter en boucle jusqu’à explosion des sinus. Tunic réussit son examen de passage chez les grands. En mode tornade et point de non-retour.

Queens Of Everything – God save the Queen

a2634541024_16

La République Tchèque regorge de bon groupe à tendance punk (Jet 8, Pipes Of Pints, …). Queens of Everything est un exemple de plus. ce good save the queen est le deuxième album du groupe et date de 2014. Il est sorti via Lucky Hazzard et contient 12 titres.

Les 7 musiciens nous offrent un mix parfait entre le côté psycho d’un Mad Sin, le côté street punk d’un Rancid et l’énergie ska punk d’un Less Than Jake. On retrouve dans le groupe une contrebasse qui donne un son psycho voire blues/r’n’r et on retrouve aussi une véritable section suivre avec deux saxophones et deux trombones. Le fait de retrouver ces deux types d’instrument peut paraître inhabituel, mais cela apporte une vraie touche au son du groupe.

Ce disque a un visuel qui vaut déjà le détour à lui seul et qui est le travail de Vojtech Woody Trojak.

Ce God Save The Queen est à mettre entre les mains de toutes les personnes qui aiment autant le psycho, le blues et le punk. Des rythmiques psycho avec une énergie punk (titres d’une durée de 2 minutes en moyenne), le tout accompagné d’une section cuivre qui apporte une couleur et un son très intéressant à l’ensemble.

A découvrir.

Versus You – Worn and Loved

a0788406681_16

Worn and Loved est la dernière sortie des Luxembourgeois de Versus You. Le groupe existe depuis 2005 et c’est le troisième album du groupe (plus un paquet de split, single, démo et ep). Il est sorti en 2019 via les labels NoiseWorks et Guerilla Asso.

On y retrouve 13 titres de punk rock ultra catchy. On se trouve entre du punk rock assez classique tendance Milencollin ou Authority Zero et des trucs plus indie/punk comme The Smith Street Band. Je ne m’étais jamais attardé sur le quatuor du Luxembourg et je regrette mon choix. Cet album est une petite merveille punk rock. Titres d’une moyenne de 2 minutes 30, guitares ultra rapides, un batteur et une basse qui font le boulot ! Tout y est pour un disque réussi. A cela, on peut ajouter un visuel et une disque où le groupe a pris le temps de bien faire les choses.

Il est clair que je remettrai souvent cet excellent disque sur ma platine …

Martha – Love Keeps Kicking

a2887942129_10

Love Keeps Kicking est le nouvel album des Anglais de Martha. Il est sorti chez Big Scary Monsters et contient 11 titres. J’ai découvert un peu par hasard et suite aux conseils d’un pote ce groupe qui existe déjà depuis 2011 et qui semble avoir sortir (single, split et album compris) un paquet de trucs. Ce groupe qui débarque de nulle part est comme beaucoup de groupes anglais d’une toute grosse qualité.

Les 4 Anglais nous balancent un excellent album. On est à mis chemin entre du Tiny Moving Parts et du Muncie Girls. On navigue entre indie pop punk et punk rock plus énergique. A l’instar d’un Harker, je suis étonné du peu d’engouement autour de Martha (hormis sur ces terres anglaises). Ce groupe mérite plus (je les ai vu devant 15 personnes début de l’année) et est clairement à découvrir si tu aimes Pup, The Smith Street Band, Caves et les groupes précités.

Il y a grande chance que ce Love Keeps Kicking soit une des plaques de l’année pour moi !